navigation   le site   \  le blog mardi 27 juin 2017      
 Des infos et des crocs...  
Mon activité photo pour le journal se termine avec, parfois, quelques accrocs :
Il arrive que, lors de mon arrivée dans la salle de concert (très souvent au Zenith), la remise de l'accréditation se fasse contre signature d'un "contrat" qui stipule le nombre de morceaux autorisés pour faire les photos, l'utilisation de ces dernières (par exemple pas d'agence, uniquement dans le média accrédité...), ou encore l'obligation de faire "valider" les photos par le management de l'artiste avant publication.

Concernant ce dernier point, Le Bien Public est clair : aucune validation ne saurait être imposée, et, si tel est le cas, la couverture par le journal est tout simplement annulée. Un journal n'est pas une agence de communication, et le droit à l'information prévaut.

Il m'arrive donc régulièrement de rayer les paragraphes que je juge incompatibles dans les contrats, en expliquant à la production locale.
Le plus souvent ça passe sans problèmes.

Au mois de mars par contre, sur une soirée hip-hop, ça n'est pas passé. Impossibilité de se mettre d'accord, je suis donc parti du Zenith sans couvrir l'évènement.
Une heure après, la prod locale me rappelait en s'excusant, comme quoi ils avaient corrigé et que je pouvais revenir... !

En avril, sur le concert de Placebo, le contrat (rédigé uniquement en anglais, donc sans valeur juridique en France) demandait aux photographes d'envoyer leurs photos pour que le management du groupe puisse les utiliser à sa guise, sans contre-partie !

De plus, chaque photographe devait remettre sa carte d'identité, afin que son numéro en soit relevé !

J'ai donc rayé le paragraphe abusif (la récupération des photos) et fait part de mon mécontentement face à ce fichage d'identité abusif et surtout illégal.
Ca a à nouveau coincé.
Un régisseur de la prod locale est venu pour discuter du problème qui m'opposait à eux.
Je lui ai expliqué mon point de vue, mais la personne en question restait sur ses positions pour m'annoncer que c'était à prendre ou à laisser, et que si je ne changeais pas d'avis, je ne ferai pas de photos.
J'ai répondu que si il en était ainsi, je partais sans couvrir le concert.
Lorsque j'ai pris mon sac, l'homme en question s'est ravisé, pour me dire que, finalement, c'était bon, je pouvais faire les photos, et selon mes conditions.

Il est donc amusant de voir à quel point les producteurs de spectacles ont besoin des médias, et qu'en ne se laissant pas faire face à des situations abusives, on obtient gain de cause.
Voir la copie du contrat en question, telle que je l'ai rendu, avec mes annotations.


__________________________________



Pour enchaîner sur un thème moins "tendu", j'ai modifié la façon dont les galeries photos de mon site s'affichent : j'ai supprimé le système de vignettes en Flash, pour un affichage simple en colonnes, et avec des photos plus grandes.

Cela apporte une meilleure compatibilité entre les différents navigateurs, systèmes d'exploitations ou autres terminaux mobiles.


__________________________________



Enfin, je peux déjà annoncer que j'exposerai mes photos de concerts à Dijon, à la mi-septembre, lors d'un événement lié à la photographie.
Une belle façon d'offrir un éclairage sur mon intense activité photos de concerts de ces dernières années, juste après mon arrêt en juin...


Ci-dessous une petite photo que j'aime bien, de Kyle Eastwood, pour agrémenter ce long article... :)


Kyle Eastwood, Théâtre des Feuillants, Dijon, avril 2017
photo non libre de droits


[2 commentaires]   |  permalien |   partager :
 Sept ans après 
Voilà, ça fait 7 ans maintenant que je travaille comme photographe concerts/spectacles pour Le Bien Public, et j'ai décidé de ne pas poursuivre cette activité en septembre. Je terminerai cette saison en juin, et arrêterai ensuite.

Je mets donc un terme à 7 années bien remplies.
C'était une bonne expérience, avec énormément de découvertes musicales très diverses, ou de spectacles en tout genre. J'ai pu pratiquer énormément la photo de scène, et vivre en partie de cette activité.

Mais aujourd'hui je n'ai plus envie de continuer : beaucoup de fatigue accumulée, l'impression parfois de ne jamais vraiment "redescendre", entre mon travail salarié la journée et les concerts le soir ou le week-end...
Je viens d'avoir 45 ans, et je me rends bien compte que mon corps ne fonctionne plus vraiment comme avant : plus difficile de récupérer, moins d'entrain à vouloir sortir pour courir les salles... bref, la motivation n'est plus là.

J'apprécie désormais de vivre en maison, ça m'occupe pas mal, j'y prends plaisir, et des projets de paternité future avec ma moitié font que, désormais, mes priorités ne sont plus les mêmes... :)

Je remercie Mayalen, Jean-Yves, Hugues (qui m'avait recruté), Le Bien Public en général, pour m'avoir accordé leur confiance pendant toutes ces années, ainsi que ma binôme Roxanne, avec qui j'ai travaillé en harmonie.

Je continuerai à pratiquer la photo de concert, mais à un rythme beaucoup plus modéré et raisonnable (un concert de temps en temps) : je pense me consacrer uniquement au blues, qui me tient tant à coeur, mais juste pour moi perso, et seulement quand j'en ai envie...



[2 commentaires]   |  permalien |   partager :
 2016, mes photos concerts/spectacles 
Même si je blogue moins, je mets tout de même mes photos en ligne au fur et à mesure de leur réalisation. Et comme toutes les fins d'année, je poste une petite sélection de celle dont je suis content.

De ce que j'ai pu faire cette année, je suis très satisfait de celles du concert de JJ Thames en avril au Théâtre des Feuillants.

Evidemment, j'ai été à nouveau ravi de refaire des photos de Scorpions en novembre, même si j'avoue que c'est parfois difficile de se renouveler (voir ma série de 2012) sur un groupe qui présente souvent les mêmes jeux de scène...
Ceci dit, Scorpions a le mérite de véritablement donner en concert, tant au public, qu'aux photographes présents, et ce, malgré une notoriété et une carrière aussi longue que la leur.
En comparaison, quand on voit certains jeunes artistes qui étaient encore inconnus il y a 6 mois à peine et qui débarquent avec des conditions photos drastiques ou visant à "contrôler leur image", on est en droit de se poser des questions sur le bien fondé de ces restrictions ...

De manière plus générale, j'avoue que je m'interroge sur la continuité de mon activité photo pour le journal.
C'est la deuxième année où j'ai demandé à ne travailler que les week-ends, et, même à ce rythme réduit, j'éprouve parfois des réticences à devoir sortir pour courir les salles de spectacles.
En parallèle, depuis mon emménagement en maison en dehors de la ville, j'ai développé un intérêt grandissant pour les travaux manuels, notamment le travail du bois.
Même si ça reste une activité débutante et amateur relevant surtout du hobby, j'y trouve aujourd'hui beaucoup de satisfaction.

Enfin, je voudrais saluer une boutique photo dijonnaise qui m'a dépanné il y a peu avec rapidité, efficacité et générosité lorsque j'ai fait tomber par accident un de mes objectifs dont je me sers beaucoup, et ce à la veille d'un gros week-end photo pour moi.
A l'heure où la consommation se fait de plus en plus sur Internet, je pense qu'il est bon de mettre en évidence les avantages d'un commerce de proximité...

Hop, ma sélection de photos concerts/spectacles pour 2016 !



[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 Encore quelques photos blues + musique 
Cet été j'ai trouvé 2 jours pour aller faire quelques photos au festival Blues en Loire, dans la Nièvre, qui, cette année, durait une semaine complète. Je n'y suis allé que pour le dernier week-end.

Seule Sandra Hall, à l'affiche le samedi soir, m'a vraiment faire vibrer musicalement (même si pour les photos, c'était compliqué). Le reste de ce que j'ai vu était sympa, mais sans l'étincelle.
Ceci dit, c'était l'occasion de faire un break (je ne suis pas parti en vacances cette année encore, car bien occupé dans ma maison), et de retrouver des petites habitudes auxquelles je tiens :)

J'ai ramené une petite série photo.

Niveau musique, ces derniers temps je suis plongé dans le country-folk.

Après avoir bien accroché à Johnny Cash, je me suis intéressé à l'énigmatique Townes Van Zandt. Un tri est nécessaire dans sa discographie (beaucoup de redite), mais les albums Townes Van Zandt (éponyme), The Late Great Townes Van Zandt, ainsi que The Nashville Sessions sont de véritable joyaux : intenses, sensibles, parfois écorchés.

J'ai aussi découvert Justin Townes Earle.

Fils de la légende Steve Earle, filleul de Townes Van Zandt précédemment cité, ce trentenaire franchement méconnu en France distille une musique à la fois rugueuse et authentique, mais avec également ce qu'il faut de modernité.

Pour moi, tous ses albums sont excellents, avec une préférence pour Yuma (EP de ses débuts), ainsi que Harlem River Blues.

Autre artiste dans cette lignée, William Fitzsimmons.
Beaucoup plus intimiste, il officie plutôt dans un registre d'ambiance, de mélancolie.
Lions, Pittsburgh ainsi que Charleroi sont ses disques que j'écoute le plus.

Enfin, en vrac dans ce style parmi ce que j'ai apprécié ces derniers temps, Bluebird de Dawn Landes, The Long Ride Home de Altamesa, ainsi que l'excellent Thieves de l'Australienne Tracy McNeil.

Chino and the Big Bet, festival Blues en Loire, août 2016
photo non libre de droits

Chino and the Big Bet (Rod Deville), festival Blues en Loire, août 2016
photo non libre de droits


[Ajouter un commentaire]   |  permalien |   partager :
 Des tirages haut de gamme qui vont bien... 
J'ai enfin trouvé un laboratoire de tirages photo (pour des impressions haut de gamme) qui me convient.
Comme son nom l'indique, Picto Online est la version en ligne du laboratoire parisien Picto.

J'avais commandé chez eux les tirages de mon exposition photo de paysages du mois de mars (sur papier RC Ilford).
Dernièrement, je me suis offert quelques tirages de certaines de mes photos : je les ai choisis sur le papier de type baryté Hahnemühle Photo Rag Baryta 315 grammes.
Le processus de commande sur le site est plutôt simple, les tarifs corrects vu la qualité, et les délais raisonnables.
De plus, ils sont très commerçants et savent répondre efficacement aux questions.
Les profils ICC de chaque type de papier sont téléchargeables sur leur site, afin de s'assurer d'une fidélité entre l'affichage écran et l'impression finale.

Je suis vraiment content des impressions sur le papier baryté Hahnemühle. Les noirs y sont profonds, les détails présents, la texture vivante, le tout sur un papier épais qui possède donc une bonne main.
Vraiment un bon support pour des noirs et blancs comme les miens !

J'ai confectionné moi-même des cadres en pin pour agrémenter le tout et les disposer chez moi (cadres sans verres bien entendu), et ça le fait ! :)


La chanteuse JJ Thames, format 30x45, papier baryté Hahnemühle 315gr. :



Triptyque paysages bourguignons, format 65x21, papier baryté Hahnemühle 315gr. :



[1 commentaire]   |  permalien |   partager :

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Suivant> >>